Feel The Warmth

RÈGLES PHOTOGRAPHIQUES INDISPENSABLES

Faire de meilleures photos c’est surtout connaître et maîtriser les bases de la photographie avant de passer au niveau supérieur. Peu importe la marque ou le modèle de votre appareil photo !

Ici vous trouverez les notions de bases à garder en tête pour mieux comprendre et améliorer vos prochaines photos.

  • Quelle est la recette pour réaliser la photo parfaite ?
  • Quelles sont les règles à respecter pour obtenir un rendu professionnel ?
  • Comprendre et appliquer les réglages de base

Ce sont les thèmes de ce tutoriel très… back to the roots ! On y va! Premier choix:

ORIENTATION

L’orientation horizontale

Il est appelé « format paysage ». Il correspond le mieux à la vision humaine qui balaye l’espace de gauche à droite et s’adapte au mieux à la prise en main du boitier. Adapté à la prise de vue de scènes générales, paysages, groupes de gens, etc. Cette orientation donne une impression de stabilité, de profondeur et de distance à l’image.

L’orientation verticale

Il est appelé « format portrait ». L’œil balaye l’image de haut en bas. Il est très utilisé pour les prises de vue de portraits ou de sujets et pour des actions se déroulant dans la hauteur. Cette orientation donne une impression de proximité et d’action à l’image.

LE POINT DE VUE

Le photographe choisit sa position par rapport au sujet afin de retranscrire ses sentiments face au sujet.Plus le point de vue s’éloigne plus le photographe montre une certaine distance par rapport au sujet. Inversement, si le point de vue est proche du sujet, le photographe exprime une certaine intimité avec le sujet.

Il y a 3 points de Vue

LES VALEURS DE PLAN

Plan général (PG)

Il représente et situe le sujet dans son environnement. Met en valeur la place du sujet et son rapport avec le lieu où il se situe. La courte focale est conseillée pour obtenir un maximum de profondeur de champs.

Plan d’ensemble (PE)

Plus serré que le plan général, le sujet devient identifiable. Le sujet et son environnement prennent la même place dans l’image. Courte focale conseillée pour un maximum de profondeur de champs.

Plan moyen (PM)

Le sujet est représenté plus serré et dans sa totalité. Il devient plus important que le décor. On peut utiliser une courte focale en se rapprochant du sujet ou bien une longue focale en restant éloigné du sujet.

Plan américain (PA)

Le sujet est cadré à mi-cuisse (il s’appelle plan américain car à l’époque des westerns américains ce plan était très utilisé pour montrer les revolvers des cow-boys). Ce plan isole le sujet et réduit la profondeur de champs. Il est préférable d’utiliser d’assez longues focales car les grands angles déformeraient le sujet.

RÈGLES DE COMPOSITION

La règle des tiers

La règle des tiers est issue de la règle du nombre d’or, qui permet de déterminer la proportion idéale que prend le sujet dans l’image. Ce nombre d’or a permis d’établir des lignes imaginaires qui découpent l’image en trois parties horizontales et verticales égales. Ce sont les lignes de forces qui composent la règle des tiers, très utilisée pour le cadrage d’une image ou d’une vidéo.

La proportion idéale en photographie est de 1 tiers pour 2 tiers.

Si l’on cadre son sujet au centre de l’image, cela provoquera une symétrie trop évidente et donc ennuyeuse. La photo risque de manquer de dynamisme et d’intérêt. Il est préférable de cadrer le sujet au tiers de son viseur pour dynamiser l’image. Ces lignes qui divisent l’image se rencontrent en 4 points au centre du visuel qui constituent les points forts de l’image. Il s’agit des points ou l’œil va être naturellement attiré.

Il est donc important de placer dans ces zones des détails et des éléments dominants du sujet et de l’image. Si vous placez dans ces points des détails sans importance, cela pourrait nuire à la lisibilité du visuel.

Par ailleurs, certaines études scientifiques ont montré que nous avions tous le même cheminement visuel lorsque nous observons une image. Ce cheminement est déterminé en fonction de notre culture. En occident, l’œil humain lit une image de haut en bas et de gauche à droite, c’est le cheminement en « Z ».Ce balayage de gauche à droite explique pourquoi une photographie avec des dominantes horizontales paraît plus reposante pour l’œil alors que des dominantes verticales paraissent plus fatigantes.

L’œil est donc attiré par certaines zones précises de l’image.

Il y a les points forts ou le centre de l’image mais il peut également être attiré par les zones avec les plus grandes formes ou bien les zones qui paraissent les plus proches dans l’image. Il est important de noter que l’œil est inconsciemment attiré par d’autres régions de l’image, déterminées par certains paramètres, netteté, premier plan, second plan, diagonales de l’image, couleurs plus ou moins attirantes, etc.

ÉQUILIBRE ET RÉPARTITION DES MASSES

Pour qu’une image paraisse agréable et harmonieuse, elle doit être composée de manière à équilibrer les différentes masses et les volumes présents dans l’image. Ainsi, les masses plus grandes attirent plus facilement l’attention que les plus petites. Il y a également la couleur de ces masses qui entre en compte, la distance qui sépare deux masses entre elles et leur positionnement les unes par rapport aux autres. Il est donc conseillé de placer les masses sur les différents points forts de l’image, en veillant à ne pas estomper des masses importantes.

Ici, on peut constater que les éléments importants du sujet se trouvent à proximité des points forts de l’image, les masses sont en équilibre, la roche occupe la diagonale gauche et le ciel et la mer occupent la diagonale droite. La zone très contrastée et « sombre » des rochers s’équilibre avec la zone plus claire et plus estompée à droite. Les teintes sont en équilibre. Il est important que cette dominante bleue prenne plus d’espace que la montagne, cela éclairci l’image et la rend plus agréable à regarder.

Si les rochers prenaient plus de place que le ciel et la mer, cela assombrirait et étoufferait l’image, enlevant ainsi le côté relaxant du visuel.

On peut remarquer le regard du sujet, orienté dans l’axe de la diagonale de l’image, rappelée et accentuée par la cordée. Dans tous ces exemples de visuels, il y a inconsciemment un élément qui attire l’œil en premier, l’Homme.

En effet, l’œil est automatiquement attiré en premier par le personnage représenté dans le décor. Dans le cas d’un portrait (visage), l’œil sera automatiquement attiré par le regard du modèle représenté. C’est également valable pour les animaux.

EXPOSITION

L’exposition d’une photo correspond à la quantité de lumière qui est reçue par le film (argentique) ou par le capteur (numérique) de l’appareil.

La quantité de lumière reçue par l’appareil dépend de trois paramètres :

  • La sensibilité, qui détermine de quelle manière la lumière va être reçue et absorbée par l’appareil.
  • L’ouverture, qui va permettre de réguler et contrôler la quantité de lumière entrante.
  • La vitesse d’obturation qui va déterminer la durée d’exposition du film ou du capteur.

 

SENSIBILITÉ

Elle est déterminée en ISO. C’est l’échelle qui mesure la sensibilité des surfaces où est envoyée la lumière lors de la prise de vue (capteur en numérique et film en argentique). Plus cette valeur est élevée ( ex : 1600 ISO), plus l’appareil est sensible à la lumière. Il n’y a donc pas besoin d’une très grande quantité de lumière pour avoir une exposition correcte.

A l’inverse, si cette valeur est basse (ex : 100 ISO), il faudra une très grande luminosité pour obtenir une image bien exposée.

Une image bien exposée est une image qui montre un maximum de détails à la fois dans les hautes et dans les basses lumières.

OUVERTURE ET FOCALE

Lorsque la lumière entre dans l’appareil, celle-ci passe au travers de plusieurs lentilles, séparées par le diaphragme.C’est donc en variant l’ouverture du diaphragme que l’on va laisser entrer plus ou moins de lumière sur le film ou le capteur.L’ouverture du diaphragme va être déterminante pour l’exposition d’une image mais également pour sa profondeur de champ. En effet, plus l’ouverture est petite, plus l’image aura une grande zone de netteté et donc plus de profondeur de champ.

Inversement, plus l’ouverture sera grande et moins il y aura de profondeur de champs dans l’image (à focale constante). Sur un appareil, c’est par des chiffres à l’avant du boitier : 1 – 1.4 – 2 – 2.8 – 4 – 5.6 – 8 – 11 – 16 – 22 – 32 – 64. Plus ce chiffre augmente (11-16-22-32), plus l’ouverture du diaphragme se réduit et donc moins la lumière entre. Notons qu’avec une focale constante, l’écart entre une valeur d’ouverture et la suivante (ex 2 et 2.8) laissera entrer deux fois moins de lumière.

L’ouverture du diaphragme est indissociable du choix de la focale de l’appareil.

La focale d’un objectif va déterminer le grossissement de l’image. Plus la focale est grande, plus on peut zoomer et donc accrocher des détails d’un sujet. Cependant, le choix de cette focale peut entrainer des déformations de l’image. En effet, des grandes focales ont tendances à ramener tous les éléments du premier plan et de l’arrière plan au même niveau, ce qui a tendance à rapprocher ces éléments et donc enlever du relief et du volume à l’image. Les courtes focales peuvent déformer les perspectives car le champ de vison est beaucoup plus large (exemple du fisheye).

Focale très courte, effet fisheye, les perspectives sont déformées.

VITESSE D’OBTURATION

Elle est également appelée temps de pose et elle détermine donc le temps pendant lequel le capteur ou le film va être exposé à la lumière qui entre dans l’objectif. Ce temps de pose est contrôlé grâce à l’obturateur il est exprimé en secondes : 1 seconde – 1/2s – 1/4s – 1/8s – 1/15s – 1/30s – 1/60s – 1/125s – 1/250s – 1/500s – 1/1000s – 1/2000s (et plus…)
Avec une sensibilité et une ouverture constante, plus la vitesse est rapide, moins la lumière entre et plus la vitesse est lente, plus la lumière entre. La vitesse d’obturation permet donc de gérer l’exposition du film ou du capteur mais elle permet également de contrôler la représentation du mouvement dans l’image. En effet, plus la vitesse est rapide, plus le mouvement de l’image parait figé et stable. Inversement, plus la vitesse est lente et plus l’image pourra restituer l’impression de mouvement, filés, flous etc.

Attention à vitesse lente, il est parfois très difficile de stabiliser l’appareil et donc d’avoir un rendu correct. (Trépied conseillé)

Avec une grande vitesse d’obturation, le mouvement est figé et le surfeur « flotte » en l’air.

Une vitesse plus lente procure une notion de mouvement et de déplacement.

PROFONDEUR DE CHAMPS ET MISE AU POINT

La profondeur de champs

C’est un élément déterminant de l’image. C’est la distance qui sépare le premier et le dernier plan nets de l’image. Elle permet donc de cibler quelles zones de l’image apparaitront nettes et quelles zones seront floues. Elle met en valeur certains éléments du sujet représenté et donne ainsi une signification et un sens de lecture à l’image.

La profondeur de champ dépend de deux paramètres :

  • La distance entre le sujet et le photographe, qui détermine la mise au point.
  • L’ouverture du diaphragme qui détermine l’exposition (en fonction de la focale).

Ainsi, si l’on garde toujours la même ouverture et la même focale, plus la distance entre le sujet et le photographe sera grande plus il y aura de profondeur de champs. Toujours avec la même focale, plus l’ouverture est grande et moins il y a de profondeur et donc de zones nettes dans l’image.

Inversement

Plus on réduit l’ouverture et plus il y a de profondeur de champs.Enfin, avec la même ouverture et la même distance, plus la focale est grande, moins il y a de profondeur, et inversement. Pour un portrait, si on utilise une petite focale (28mm), il faut se rapprocher très près du sujet pour avoir une bonne profondeur, ce qui entrainera des déformations de l’image. Si on choisit une grande focale (200 mm), la profondeur de champs sera correcte mais il faudra s’éloigner du sujet, ce qui peut poser problème.

Image sans grande profondeur de champs.
Mise au point sur la chaussure au premier plan. Le regard est attiré par cette masse rouge, seul élément net de l’image.

  • Utiliser des focales moyennes (entre 50 et 100mm) pour réaliser des portraits avec une profondeur de champs intéressante et une ouverture moyenne. Ce choix de focale situera le photographe entre 2 et 4 mètres du sujet. Pour un paysage, le choix d’une grande focale ne permet pas d’avoir un champ de vison et une profondeur de champs très importants Il faut réduire considérablement l’ouverture pour obtenir une profondeur de champs correcte.. Choisir une petite focale qui élargira le champ de vison et augmentera la profondeur de champs, à ouverture moyenne. Une fois tous ces paramètres pris en compte, le photographe peut donc choisir la netteté qu’il souhaite attribuer à son image et donc mettre en avant certains éléments du sujet. Il va ainsi pouvoir déterminer vers quelles zones et vers quels détails orienter le lecteur, en créant un avant plan et un arrière plan par exemple.

Notons que des éléments flous (autres marcheurs) se situent dans des points forts de l’image et sur des lignes de force, ce qui attire le regard vers eux et accentue le message que souhaite transmettre l’auteur.

CONTRASTES ET COULEURS

Contraste

Le contraste d’une image correspond à la différence de densité qu’il existe entre les teintes les plus claires et les teintes les plus sombres d’une image. Une image bien contrastée est donc une image qui présente le plus de teintes intermédiaires proches du noir et du blanc.Il est donc indispensable au photographe de bien paramétrer l’exposition de son appareil avant la prise de vue afin de restituer un maximum de contrastes et de détails . Le contraste d’une image dépend principalement de le quantité de lumière présente en prise de vue ainsi que son orientation. En effet, une lumière très forte produit des ombres très denses, et inversement.

Placement du photographe

Notre positionnement par rapport à la source lumineuse est indispensable à de bons contrastes et de belles teintes. Le choix des contrastes permet au photographe de dynamiser l’image, améliorer le rendu et accentuer le message qu’il souhaite transmettre. Une image avec des contrastes faibles va sous-entendre une impression de calme et de douceur alors qu’une image très contrasté va être plus dure et plus expressive, plus inquiétante.

Attention!

Doucement sur la pédale il ne faut pas trop dynamiser l’image avec des contrastes trop forts car cela entraine souvent des couleurs saturées et des contours qui bavent, ce qui nuit considérablement à la qualité du visuel. Il est donc très important de trouver un équilibre de contraste permettant à la fois de monter des détails précis dans les hautes et les basses lumières tout en dynamisant l’image.

Voilà de bonnes bases pour bien démarrer dans la photographie de paysages !

Je suis certain que ce tutoriel vous aidera à optimiser votre technique pour faire encore de meilleures photos ! 

LES MEILLEURS TUTOS PHOTOS SUR NATUREPHOTOGRAPHIE

Comme toujours n’hésitez pas à poser des questions si besoin :)

Gardez le contact ! 

Abonnez-vous à la newsletter maintenant. 

FAITES DE MEILLEURES PHOTOS

La ligne est mince entre une photo qui est plutôt sympa et une photo qui est à couper le souffle !


NIVEAU 2

Amitiés,

 

NB: Article mis à jour le 6 décembre 2016

Améliorez vos photos d'automne
Le guide technique complet
Dramatiser une photo
Inspiration - Créative Vision
Faire de meilleures photos
Progresser en photographie
Le Top 50
Le meilleur de naturephotographie
Partez en voyage
Les articles - Les photos
Arrow
Automne

Tutoriel

Les bases

TOP 50

Voyages
Slider
36 Comments
  1. Bonjour,
    Juste une remarque amicale, quand vous dites :
    « Par ailleurs, certaines études scientifiques ont montré que nous avions tous le même cheminement visuel lorsque nous observons une image. Ce cheminement est déterminé en fonction de notre culture. En occident, l’œil humain lit une image de haut en bas et de gauche à droite, c’est le cheminement en « Z ».Ce balayage de gauche à droite explique pourquoi une photographie avec des dominantes horizontales paraît plus reposante pour l’œil alors que des dominantes verticales paraissent plus fatigantes. »
    Ayant moi même fait deux tuto (les bases et un autre sur la composition, où j’explique le contraire) je trouve cela dommageable dans votre page au demeurant très bien faite car cela induit d’entrée les débutants sur une fausse piste. Alors, je serais curieux que vous puissiez trouvez des, voir même une étude scientifiques qui valide cette théorie hors travaux de Louis Émile Javal en 1879, bien qu’il n’ai pas parler de l’image et qu’il n’ai pas écrit exactement cela pour ce qui de la lecture d’un texte, mais certains ont cru pertinent de faire le lien . À contrario depuis les année 1960 avec Alfred L. Yarbus de vrais études scientifiques (et la on trouve articles, thèses, expériences) sur l’oculométrie, l’eye tracking, la psychologie cognitive, la perception visuelle et tant qu’a faire on peut finir par la théorie de la Gestalt (en photographie).
    Le seul problème c’est que le Z en 2 ou 3 lignes, c’est simple à expliquer et à comprendre, le fonctionnement de notre regard dans la réalité c’est plus compliqué
    Cordialement
    Philippe

    • Bonjour Philippe,

      Merci pour ce complément d’information instructif sur un sujet pointu et compliqué. Des références très intéressantes qui permettront aux lecteurs de cet article d’aller plus loin sur le sujet s’ils le souhaitent.
      Encore merci pour l’intérêt que vous portez à cette page !
      Meilleures salutations

  2. Patrick O'Connor

    Wonderful photos and tutorials. I can only imagine how much more I would get out of them if I could read French! :-)

  3. Abdel Kader Diouf

    Merci beaucoup.

  4. René

    Très beau site merci pour vos très belles photos ca noud donne le gout de nous surpasser encore merci

  5. Bernard COZIER

    Photographe amateur et passionné de photos, j’apprécie beaucoup votre site et son contenu.
    Mes félicitations et meilleurs voeux 2015.

    Bernard

  6. Kiéné Coline

    Les merveilles de la nature participent à donner le sourire et à nous ouvrir à l’ultime dimension. Vous faites partie de ces magiciens qui montrent le chemin. Votre invitation à l’ouverture au monde n’est pas que photographique et c’est ce qui donne encore plus de valeur à ce que vous proposez. Merci pour tant de beauté visible et invisible.

  7. NADIA

    Merci pour votre trés jolie site, vos photos sont juste magnifique, et vous avez un réel talent pour photographier et nous raconter une histoire ou nous laisser bercer en les regardant. Je prépare un tour du monde et j ai lu attentivement toutes vos recommandations pour prendre de belles photos, j’espère en réussir quelques unes :)
    Merci a vous et pour votre partage.
    Cordialement
    Nadia

    • Bonjour Nadia et merci pour ce gentil commentaire toujours apprécié ;)
      Bonne préparation pour ce tour du monde, beau projet!

  8. Michel

    Merci pour ce tuto très clair. Superbes photos par ailleurs!
    Cordialement
    Michel

  9. Linda Di Vita

    Merci pour votre générosité. Ce site est très bien construit et les explications sont très claires et compréhensibles. Vos photos sont toujours spectaculaires.

JE LAISSE UN COMMENTAIRE

Votre adresse email ne sera jamais publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

effacer le formulaireENVOYER LE MESSAGE